Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Nouvelles Erotiques

CONNAISSEZ VOUS LE MONEY MISTRESS : SM par L'ARGENT

Il existe parmi les adeptes du Sado-Masochisme une sous-catégorie de dominatrices qui s’auto-baptisent money-mistresses. Elles demandent de l’argent en échange de… rien. Les soumis payent et ce seul acte -censé leur procurer toute satisfaction- fait d’eux des money-slaves, des «esclaves par l’argent».

Money-slave

Sur le site Money Slavery, une dizaine de financial dominatrix exigent un virement sur leur compte bancaire «sur le champ et que ça saute, misérable avorton». Le ton est donné. A coups de mots qui claquent comme des fouets, les “maîtresses par l’argent” exercent leur pouvoir à distance, par le seul biais d’expressions verbales comminatoires, d’insultes et de moqueries. Leurs noms même annoncent le programme: «Bratty Princess Tawny (Brat: garce) t’allume! Elle prend ton fric, ta dignité et le peu que tu vaux», «Domina Dorothy Demanding Pimptress call now!» (Pimptress: jeu de mot sur Pimp, «proxo», «souteneuse», et Mistress. Le soumis n’a plus qu’à faire le trottoir: sa méchante domina relèvera les compteurs). «Evil Domme Torments YOU. Ton porte-feuille n’est qu’un début. La Dom Maléfique va te LESSIVER!».

Qui pourrait bien avoir envie d’envoyer de l’argent à ces femmes anonymes? Il existe pourtant des hommes que la seule perspective de se faire «plumer» excite considérablement.

Voici ce qu’explique une de ces dominatrices adeptes de «la servitude financière”: «Internet a rendu possible quelque chose qui ne l’était pas jusqu’alors. Se rencontrer sans se voir. Beaucoup de money slave n’ont jamais vu leur »maîtresse«, ne la verront jamais et n’espèrent même pas la voir un jour. Bien souvent c’est cet aspect qui rend encore plus excitant le petit sentiment de culpabilité que connaît le money slave lorsqu’il fait son virement par internet ou qu’il met son enveloppe pleine de billets dans la boîte aux lettres. Quoi de plus excitant que de travailler pour rendre la vie plus facile à une vénérable inconnue ? Beaucoup d’esclaves alignent deux emplois (le deuxième souvent humiliant) voire même se prostituent afin de se faire plaisir en rendant la vie de leur maîtresse vénérée encore plus agréable».

«Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux.» (La Boetie).

Quelques sites internet: Lady Money-Slavery (la gynarchiste), Money Mistress (photos de filles qui manipulent des liasses de billet d’un air triomphant), Humiliatrix sessions (lignes de téléphone surtaxées permettant de se faire maltraiter verbalement), Mistress Kiara (votre perte est ma victoire, »your loss is my gain«), Money Slavery France (dédié aux adeptes des relations entre Femmes dominatrices vénales et larbins moneyslaves).

Illustration sur la home de Libération cc BY Markusman  sur Flickr

Agnes Giard, les 400culs

 

Autres articles :

Kamasutra : l'embrassement touchant

L'oeuvre de Steff Cutts

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article