Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Nouvelles Erotiques

KAMASUTRA : l'UNION DE LA VACHE

KAMASUTRA : l'UNION DE LA VACHE

L’imitation d’une union animale n’est pas interprétée de la même manière dans le Kama Sutra que dans notre civilisation occidentale. Dans l’Inde du Kama Sutra, la vache et le taureau sont des animaux sacrés, ce qui montre l’élévation spirituelle représentée par l’acte sexuel. L’union de la vache n’est donc pas une comparaison avilissante, mais au contraire, une image qui insiste sur le côté sacré de l’acte amoureux.

 

Comment ?

 

L’amante se tient à quatre pattes, sur ses coudes et sur ses genoux. Son amant la monte à la façon d’un taureau. Contrairement à la plupart des postures, les caresses de l’amant se font, dans l’union de la vache, sur l’arrière du corps de sa partenaire. Caresser le dos, les fesses, la nuque de son amante peut ainsi se révéler un vrai bonheur tactile. L’homme a aussi le loisir de s’occuper des seins de son aimée qui, dans cette posture ont une grande liberté de mouvement. Lors des mille coups amoureux (va-et-vient), ils ont tendance à osciller, se balancer. L’homme peut alors facilement percevoir et profiter de ces mouvements s’il empaume ces deux seins de ses mains caressantes. Les stimulations des mamelons sont également propices à la montée de l’excitation féminine. Cela peut donc lui permettre à l’amante d’atteindre un niveau élevé de plaisir. Autre volupté de cette posture : le plaisir des yeux. Pour lui, voir s’agiter les fesses de son aimée, voir se courber sa nuque, se creuser ses reins peut entraîner une forte excitation.

 

Les mouvements

 

Cette posture est mécaniquement très adaptée à une pénétration profonde. Elle permet à un homme qui estime que son lingam – pénis - est court d’entrer jusqu’aux extrémités du yoni – vagin -, même si celui-ci est profond. Les deux partenaires peuvent agir chacun de leur côté pour trouver la bonne inclinaison de l’union, celle qui leur donne les sensations les plus puissantes : l’homme en se redressant plus ou moins et l’amante en creusant plus ou moins la courbe de ses reins.Cette posture, lorsqu’elle est acceptée psychologiquement comme étant une étreinte de qualité peut prodiguer beaucoup de plaisir aux deux partenaires. En revanche, si elle est méprisée parce que l’on se sent avilie, réduite au rang d’animal, elle peut être considérée comme désagréable. Il est intéressant de chercher à accepter cette part d’animalité en nous, source de plaisirs instinctifs, d’élan puissant, d’autant plus qu’elle n’empêche nullement l’élévation spirituelle de la rencontre. C’est peut-être même en mariant ces deux aspects de l’étreinte que le plaisir sera le plus intense…

 

Le petit plus

 

Cette posture est très adaptée à la conception, puisque le fond du vagin est plus bas que son entrée. Les spermatozoïdes ont donc à descendre pour entrer dans l’utérus, alors que dans de nombreuses postures, ils doivent remonter quelques centimètres, ce qui est peu pour nous, mais une distance énorme, pour eux.

 

A LIRE AUSSI :

ma première fois sur un site de rencontres

La mode : Charlize Theron

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article