Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Nouvelles Erotiques

KAMASUTRA : LA POSTURE DE LA PINCE

Le Kâma Sûtra a dédié la posture de la pince aux femmes de caractère, aimant procurer du plaisir à leur partenaire. Ici, l’aimée peut varier les sensations à son rythme et à son goût, se délecter de l’extase de son amant.

 

Comment ?

 

L’amant est assis jambes allongées, les mains sur le sol de chaque côté de son corps. En appui sur ses deux bras tendus, la femme se place sur les cuisses de son partenaire face à lui. Ses jambes sont repliées et écartées au niveau des hanches de son amant. Dans la position de la pince, l’homme jouit d’une très belle vue sur le corps de son aimée dont il voit le visage, les seins, le ventre, le sexe et l’intérieur des cuisses. Par contre, il ne peut guère bouger. C’est donc une posture où il peut accepter d’être totalement passif, de se laisser aller au plaisir pendant que l’amante s’occupe de le lui prodiguer. Seul bémol à cette belle étreinte du Kâma Sûtra : les deux amants ne peuvent s’adonner à des caresses, leurs deux bras étant utilisés pour les soutenir. La posture de la pince ne doit donc guère être pratiquée directement, mais plutôt après des caresses et des embrassements qui ont déjà fait brûler le feu des amants. L’intensité du plaisir passe ici par les regards.

 

Les mouvements

 

La femme fait pénétrer le lingam - pénis - dans son yoni - vagin - en effectuant des mouvements d’aspiration et de serrement. Elle le garde longtemps en elle. Cette pince humaine, réalisée par le yoni, se prolonge au niveau des cuisses et ne reste naturellement pas immobile. Elle peut osciller de haut en bas, de gauche à droite, d’avant en arrière, mais aussi tourner autour du lingam. L’amante jouit des sensations et des expressions du visage de son partenaire qu’elle chevauche à sa manière.

 

Le petit plus

 

Au-delà du choix des mouvements, la femme peut décider de l’intensité du serrement de son yoni. La clé de ce choix : pratiquer un entraînement musculaire des muscles du périnée. Mais ici, même si ces muscles ne sont pas très puissants, elle peut compenser en serrant ses cuisses, voire en commençant un mouvement de croisement… Elle imprime ainsi une douce pression, une caresse intérieure à son amant qui l’apprécie intensément.

 

Sources : psychologies.com

Autre pose : LE CADEAU

qu'est ce que les hommes aiment chez les femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article