Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Nouvelles Erotiques

©Getty images

Une soirée entre filles célibataires est prévue. Ce soir là, c’est décidée la principale intéressée ne rentrera pas seule. Arrivée sur place un grand inconnu finit par jeter son dévolu sur elle et l’embarque pour une nuit inoubliable…La soirée ne fait que commencer !

  • Dijon

Je suis devant le miroir ce soir c'est décidé je ne rentrerai pas seule. Encore une fois j'utilise la très fameuse méthode d'auto-persuasion conseillée par mes amies sexuellement multirécidivistes. Cette phrase passe et repasse dans ma tête ce soir je ne rentrerai pas seule. Je ne suis pas la moins jolie je ne suis pas non plus la moins intelligente mais la moins douée sans doute. Quand elles roulent des hanches et battent des cils je me contente de reprendre une gorgée de mon gin et de faire une blague qui fera rire toute l'assemblée.

- Elle est sympa ta copine elle est marrante tu viens chez moi ce soir ?

Ce soir je ne rentrerai pas seule. Pourquoi finalement ? Pourquoi cette obsession de rentrer avec quelqu'un ? Est-ce que j'en ai vraiment envie ? Je ne sais même pas la dernière fois c'était lamentable. Nous avions trop bu il s'est contenté de me déshabiller et avant même que ma main ne se pose sur son entre-jambe il s'était endormi. Comme on était chez moi j'ai même du lui faire un café le lendemain. Il a voulu discuter il m'a dit qu'il était désolé qu'il se rattraperait une prochaine fois il est parti… sans mon numéro. J'étais soulagée.

Qu'est ce que je vais bien pouvoir me mettre ? Nue devant ma glace je m'observe je fais ça souvent mais je n'aime jamais ce que je vois. Ma peau est douce mes seins sont encore fermes j'ai un peu froid mais je veux continuer à parcourir ce corps comme si cela allait m'aider à l'aimer. Mes mains froides font durcir mes tétons pourquoi les hommes sont-ils obnubilés par ma poitrine et cependant incapables de comprendre qu'ils peuvent me faire jouir rien qu'en l'excitant avec le bout de leur langue.
Je me tends il faut que j'arrête sinon je ne sortirai pas finalement je ne suis vraiment jamais mieux servie que par moi-même. Je n'attends jamais l'orgasme… ils sont toujours trop maladroits ou trop pressés. Je sais ce qui leur fait plaisir je sais les prendre dans ma bouche et lentement faire monter le plaisir en eux m'arrêter avant qu'ils n'en puissent plus pour enfin les sentir au plus profond de moi. Mais je ne suis jamais satisfaite j'y prends du plaisir c'est certain un certain plaisir… j'ai toujours du mal à me détendre. Ma sexualité est tout sauf épanouie j'ai beau collectionner les aventures je ne suis jamais vraiment à l'aise.

Je vais mettre une robe noire très décolletée comme d'habitude peut être trop pour qu'ils rappellent… pas de gaine et des sous-vêtements assortis puisque ce soir je ne rentrerai pas seule. Je suis maussade mais ce petit face à face avec moi-même a tout de même agité mes sens.

Les filles sont déjà au club et d'après ce que je vois en entrant déjà installées à une table qui n'était pas la leur quelques minutes plus tôt. Nina se tourne vers moi et agite hystériquement les bras on dirait une de ces idiotes de séries américaines mais cela me fait rire. Marianne se lève et me glisse à l'oreille :

- Moi je prends le grand blond et toi ?

Dans ma tête la seule réponse possible est « celui qui restera » mais je me contente de lui faire une bise et de m'asseoir. Les verres s'enchaînent les corps se rapprochent je m'ennuie terriblement et décide de m'éloigner un peu. Je recommande un verre et sors fumer une cigarette.

Je sens un souffle dans mon cou et entends une voix chaude me dire :

- Ce sont tes amies à la table là-bas ?
Je suis le mouvement de sa main et réponds « oui » tristement.

- Ce sont mes copains à la même table ! Tout le monde à l'air de bien s'amuser elle est mignonne la grande brune.

Je me retourne enfin et le découvre il n'est pas très beau mais ses yeux sont profonds il ne me plait pas vraiment mais je me prends à espérer qu'au moins il restera peut être un peu avec moi le temps d'une cigarette…

- Nina elle est jolie n'est-ce pas ? Elle est aussi très sympa.

La discussion tourne autour de Nina pendant quelques longues minutes mais elle se recentre vite sur lui et sur moi. Il fait froid dehors mais je n'ai pas envie de rentrer je suis bien près de ces gros bras. J'aime les hommes fins et élancés mais je ne sais pour quelle raison cette armoire à glace m'attire. Je me contente bien entendu de boire mon gin et de faire des blagues poliment il rit.
Je pose mon verre et sans vraiment comprendre ce qu'il se passe je me retrouve à quelques centimètres du sol il me soulève et m'embrasse chastement d'abord puis passionnément. Il me repose mes jambes flageolent je mets quelques temps à reprendre mes esprits.

- Je ne m'y attendais pas !
- Désolé j'en avais envie.

Ses yeux rieurs me font fondre et ce baiser m'a donné une furieuse envie de me jeter sur lui. Je passe mes bras autour de son cou et nos bouches se touchent. Juste ce que j'adore il me mord doucement la lèvre c'est ma botte secrète normalement et maintenant je comprends pourquoi ils me suivent jusque chez moi… cela me rend folle et je dois me retenir pour ne pas plonger mes mains dans son pantalon ici maintenant dans la rue devant ce bar. Je sens contre ma cuisse qu'il est prêt lui aussi à rentrer.

Tant pis pour les filles je décide de leur envoyer un texto sur le chemin je mets du temps à l'écrire chaque porche est prétexte à de nouvelles effusions. Il me pousse contre le mur maintient mes bras au dessus de ma tête je ne peux plus bouger. Il m'embrasse me mord le cou souffle sur ma poitrine. Tous mes sens sont perturbés il est partout en même temps. Il attrape mes deux poignets et passe sa main libre sous ma robe le tissu léger me caresse la peau et m'électrise un peu plus. Ses doigts se promènent entre mes jambes sans jamais vraiment me toucher et soudain il s'arrête et nous reprenons notre route.

La porte s'ouvre à la volée. Nous nous jetons sur le canapé. Pas le temps d'aller dans ma chambre j'ai envie de lui ici et tout de suite. D'un mouvement parfaitement maîtrisé les deux bretelles de ma robe glissent le long de mes épaules et je me retrouve ensous-vêtements debout devant lui. Je n'ose pas bouger il ne dit rien mais ne me quitte pas des yeux. J'avance ma main pour le déshabiller mais il la retient.

- Laisse-toi faire dit-il dans un souffle.

Il enlève mon soutien gorge et lentement passe ses doigts sur mes tétons puis doucement descend entre mes jambes. Il frôle mon sexe mais ne s'arrête pas et remonte vers ma poitrine il attrape mes seins fermement et doucement avec sa langue en dessine les contours. Je sens ses dents mordiller mes mamelons qui durcissent dans sa bouche. Il prend son temps je suis au bord de la jouissance mais il s'arrête se déshabille rapidement tout en continuant à me regarder intensément. Son corps est parfait. Je ne peux quitter son excitation des yeux. Il enlève ma culotte et glisse ses doigts à l'intérieur de moi. Je suis tendue et humide. Je l'entends murmurer « parfait ». Il attrape ma nuque m'oblige fermement à me retourner et me penche vers l'avant. J'entends le bruit caractéristique de l'emballage du préservatif et sent dans mon ventre cette envie brutale qu'il entre en moi. Il prend son temps il caresse mon dos mes fesses doucement il passe sa main entre mes jambes. La tension est insoutenable j'ai envie de hurler. Il faut qu'il rentre en moi. Il prend mes seins dans ses mains et les caresse je pose ma tête sur le canapé je n'en peux plus. Brusquement il me pénètre enfin je peux me détendre. Je sens le mouvement de son bassin entre mes reins. Chaque fois qu'il recule je tremble qu'il ne revienne pas je le supplie de le faire. J'entends son souffle ses mains se crispent il appuie fort sur mes épaules ses ongles entrent dans ma peau. J'ai envie de hurler mais je me retiens. Je libère mon orgasme dans un cri…

…La sonnerie du portable me réveille je suis dans mon canapé en sous-vêtements ma main posée sur mon ventre nu. Je sens encore mon excitation entre mes cuisses. Je décroche c'est Nina :
- Ben alors qu'est ce que tu fais il est déjà 21h tu nous rejoins au club ou pas ? Il y a un paquet de beaux mecs on a déjà repéré une table.

Je me regarde dans le miroir mes joues sont roses mon maquillage est toujours en place. J'enfile ma robe noire trop décolletée et mes chaussures trop hautes.

Ce soir c'est décidé je ne rentrerai pas seule…

Alizée pour Cosmopolitain.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article