Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Nouvelles Erotiques

Une étreinte douce et profonde, un va-et-vient ciblé sur les zones de plaisirs, une distance troublante… Dans le Kâma Sûtra, la position de la cavale comble d’une extase immédiate les amants les plus fougueux.

Comment ?

L’amant est assis, jambes étendues et écartées. Penché en arrière, il prend appui sur ses deux bras et pose ses mains à plat en arrière. La femme est assise face à son partenaire, entre ses jambes. Adossée à un coussin, elle prend appui sur ses coudes, ou comme son aimé, sur ses deux bras posés vers l’arrière. Elle allonge ses jambes vers le haut, pose ses chevilles sur les épaules de son amant et veille à réduire l’écartement de ses cuisses. L’intérêt de cette posture : une fois le lingam – pénis - engagé dans son yoni – vagin,l’amante peut le serrer comme dans un étau.

Le mouvement

La particularité de cette posture est le mouvement pratiqué. Chacun des deux amants peut, en poussant sur ses bras, glisser vers l’avant pour revenir ensuite vers l’arrière. Leurs deux corps coulissent alors l’un sur l’autre. Il s’agit d’un va-et-vient, mais d’une nature plus douce que les mille coups amoureux classiques. Ici, le plaisir est profond comme la connexion des sexes. Si les mains ne peuvent prodiguer aucune caresse, ce peut être l’un des atouts de cette posture. La frustration de ne pas pouvoir se toucher par ce biais peut stimuler l’excitation. Par ailleurs, le seul contact des amants se situant au niveau des sexes, les sensations y sont décuplées. Autre délice de la position de la cavale : elle permet d’échanger des regards avec une certaine distance. L’amant a très belle une vue du yoni de son aimée, mais aussi de son buste et de son visage. C’est en cela que cette posture est souvent très appréciée.

Le petit plus

La position coulissante est très favorable à la stimulation du point G par le sexe masculin. Pour atteindre cette zone de plaisir, située à l’avant du vagin, l’amant ne doit pas chercher à entrer profondément dans le yoni, mais à rester proche de son vestibule. Si la femme ressent une envie d’uriner, il est conseillé de continuer les mouvements de glissement. Cette sensation est généralement annonciatrice d’un orgasme déclenché par cette stimulation du point G.

AUTRES ARTICLES :

ENCORE, nouvelle érotique

LA POSITION DE LA CAVALE : KAMASUTRA
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article