Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Nouvelles Erotiques

Je m’appelle Bernadette, l’histoire que je vais vous raconter s’est passée dans les années 80. Mais avant de vous décrire cette nuit inoubliable, je vais tout d’abord vous parler un peu de moi.

A l’Age de 18 ans, j’étais très amoureuse de mon premier amour, je suis d’ailleurs tombée enceinte très rapidement. Cette découverte a eu l’effet d’une bombe pour mes parents, car pour eux il n’était pas concevable d’avoir un enfant sans être mariée. C’est donc enceinte que la cérémonie a eu lieu. 
Au début notre vie de couple était magique, nous étions fous amoureux. Ajouté à cela, nous avions une sexualité assez débridée, ou le plaisir de la chair avait une grande place, nous étions en perpétuelle recherche de nouvelles sensations. 
Nous fantasmions beaucoup en nous imaginant des scénarios plus coquins les uns que les autres, ou d’autres acteurs participaient à nos ébats. Il faut dire que dans les années 80, l’échangisme commençait à faire son apparition, et l’idée d’une telle relation nous excitait beaucoup.

Il faut l’avouer, c’est sans trop d’efforts que Jean, mon mari, m’a fait découvrir une première nuit à quatre après une soirée en club ou nous avions rencontré un couple des plus coquins. 
Jusque à ce soir-là, aucun autre homme ne m’avait touché. Ce fut une nuit très agréable, ou l’excitation et le désir avaient pris le dessus sur la peur du passage à l’acte. 
Nous avons multiplié ce genre de soirée de façon assez régulière, nous prenions tous les deux beaucoup de plaisir à chacune de ces rencontres. 
Au fil de ces années, j’ai tout naturellement découvert de nouvelles sensations, comme les plaisirs au féminin et la pluralité masculine. J’ai même accepté une rencontre SM léger au plus grand plaisir de Jean.

C'était un soir d'hiver, en 1988, Jean me demande à nouveau si j'ai réfléchis à la proposition de Marc et Josy, un couple échangiste que nous avons rencontré samedi dernier en club et avec qui nous sommes rentrés chez nous pour prendre du plaisir ensemble.

- "Je ne suis pas sure d'être prête à franchir ce nouveau pas, l'idée ne me laisse pas indifférente, mais je crains de me retrouver dans une situation de soumission sans pouvoir y mettre un stop"

-"Il ne faut pas t'inquiéter pour ça, je serai toujours présent et acteur auprès de toi, ils te l'ont dit, tu peux stopper le jeu ou refuser ce que tu ne souhaites pas, rien n'est obligatoire, tu as bien vu qu'ils sont très respectueux".

-"Et leur ami qu'ils veulent faire participer, on ne le connaît pas, on ne sait même pas à quoi il ressemble."

-"Il est très certainement à leur image, je ne suis pas inquiet pour ça. Et puis, combien de fois tu as fantasmé sur le fait de te faire prendre par un inconnu ? "

-"Laisse-moi réfléchir à tout ça encore demain, ils nous ont dit que l'on pouvait les rappeler vendredi pour confirmer."

-"Très bien, j'espère que tu feras le bon choix."

J'ai passé les deux jours suivant à ne penser qu'à ça. Me faire dominer, être l'objet du plaisir de plusieurs personnes, je savais que je prendrai beaucoup de plaisir dans une telle situation. J'allais accepter, c'était inévitable, je ne l'avouais pas franchement, mais j'en avais très envie. Tout comme pour notre première nuit échangiste à quatre, le désir allait prendre le dessus sur la peur du passage à l'acte. 
Je n'ai pas attendu vendredi, c'est jeudi soir que j'ai dit à Jean qu'il pouvait les appeler pour leur confirmer notre présence chez eux samedi soir, ce qu'il n'a pas manqué de faire immédiatement. 
Nous étions déjà très excité à l'idée de cette soirée, je ne savais pas vraiment comment tout cela allait se dérouler, mais ça y est, j'avais hâte d'y être! 

Samedi, les 21 h 00 ont sonné, nous avions rendez-vous à 22 h 30, ils habitaient à seulement une vingtaine de kilomètre de chez nous. 
J’étais dans la salle de bain encore nu après une douche, je finissais de me préparer lorsque Jean passe derrière moi, m'attrape un sein dans chaque main et me demande en rapprochant sa bouche de mon oreille si je savais comment j'allais m'habiller.

-"Oui, je vais mettre mon petit haut noir, celui que tu aimes, qui est transparent dans le dos, ma jupe noire qui a la fermeture éclair tout le long sur le côté, et mes chaussures noires à talon, celle avec les lacets que j'attache jusqu'au mollets. 
Et bien sûr, mes portes jarretelles pour tenir mes bas.Ca te convient ?"

-"Oui, si tu ne mets pas de culotte, ça sera parfait."

-"Tu crois ?, je n'avais pas prévu de laissé mon minou à l'air!"

-"Si, si, fais-moi ce plaisir, il ne sera pas à l'air, tu as la jupe et la veste!"

-"Si tu veux, maintenant, laisse-moi finir de me préparer, on va finir par être en retard"

Je sentais Jean excité tout au long du trajet qui nous menait chez Josy et Marc, tout en conduisant, il envoyait régulièrement sa main droite sous ma veste pour sentir la chair mes cuisses au bout de ses doigts. 
Nous sommes arrivés chez nos hôtes avec quelques minutes de retard, Jean sonne, c'est Josy qui nous ouvre. Une embrassade en guise de bien venu et nous la suivons dans le hall d'entrée. 
Sa tenue vestimentaire était très suggestive du thème de la soirée, bottes noires à talon en cuir, pantalon noir moulant en cuir et petite veste noire collée au torse qui ne cachait que sa poitrine et laissait son ventre à l'air.

-"Bernadette, tu patientes un instant ici, je vais installer Jean et je reviens te chercher !"

Je ne m'attendais pas à un tel scénario dès notre arrivé, je regarde Josy et Jean traverser le séjour de la maison pour se diriger vers un couloir à l'autre bout de la pièce. 
J’attends là, immobile, un nœud au ventre commence à m'envahir, je suis à la fois excitée et stressée de me retrouver dans une telle situation. 
Après quelques longues minutes, Josy revient vers moi, toute seule avec une laisse à la main. 
J’ai bien cru au début que c'était une laisse pour chien, mais j'ai rapidement compris que ça m'était destiné. Elle se rapproche de moi.

-"Vous êtes arrivé en retard, tu mérites une première punition pour cela"

Elle retire ma veste quelle accroche sur un porte manteau, elle passe la laisse autour de mon coup, attrape le bout l'autre extrémité dans sa main et me demande de la suivre en me promenant en laisse. 
Nous traversons le séjour vers le couloir en bout de pièce, et nous arrivons devant une porte fermée. Elle ouvre la porte, l'intérieur de la pièce était assez sombre, seule une lueur de couleur rouge permettait de deviner l'environnement dans lequel elle m'accompagnait. 
J’ai tout de suite compris que cette pièce était destinée aux jeux sexuels, sur la droite contre le mur, je pouvais distinguer une croix en bois à taille humaine, avec des lanières à chaque extrémité. 
Juste à côté il y avait un siège qui ressemble beaucoup à ceux sur lesquels nous nous installons lors de nos visites chez le gynéco. 
Sur la gauche un grand lit, et devant moi, ce que j'avais deviné en premier lorsque Josy a ouvert la porte de cette pièce : 3 verges alignées qui sortent du mur par des trous spécialement ouverts à cet effet, espacés d'environ de 50 cm chacun. 
Je ne pouvais pas voir qui étaient les 3 hommes qui se trouvaient derrière ce mur, seulement leurs queues et bourses sortaient par ses trous. Je savais bien qu'il devait y en avoir une qui appartenait à Jean, l'autre à Marc et la dernière à leur ami que nous ne connaissions pas. 
Josy tend la laisse quelle tient dans sa main et me dirige vers ces 3 sexes qui étaient déjà raides. Des coussins étaient installés au sol devant chacun des sexes, je sentais que mon bas ventre montait en température, j'avais deviné la suite, la situation commençait à réellement m'exciter, le stress et la peur avaient complètement disparus.

-"Mets-toi à genou devant le premier et suce le !"

Josy avait tendu la laisse vers le bas de façon à m'obliger à me mettre à genoux devant le premier sexe qui se retrouvait maintenant devant mon visage. J'en avais la certitude, celui-là n'était pas celui de Jean, ça pouvait être celui de Marc, mais l'ayant vu et testé qu'une seule fois jusque ici, je ne pouvais pas en être sure, je ne le connaissais pas suffisamment bien. 
A moins que ce soit celui de leur ami invité? Peu importe, j'ai commencé par le caresser doucement, je le masturbais lentement tout en mouillant son gland avec ma salive du bord de mes lèvres puis j'ai pris soin de bien dessiner le contour de sa fraise avec le bout de ma langue avant de la prendre enterrement dans ma bouche. 
J’ai entamé une série d'aller-retour vers le fond de ma gorge mais rapidement Josy me stoppe en tirant sur ma laisse de façon à m'écarter de ce sexe.

-"Maintenant, installe-toi devant le suivant"

J'ai obéi, je me suis mise à genoux devant ce second sexe déjà bien droit lui aussi. A ma gauche se trouvait maintenant le sexe que je venais de libérer et à ma droite le troisième qui m'attendait.

-"Suce le!, et prends les deux autres queues dans tes mains pour les masturber"

Josy se tenait debout derrière moi et maintenait la laisse légèrement tendu dans ses mains. J'ai pris ce second sexe dans ma bouche, tout en masturbant les deux autres. Celui-ci non plus n'était pas celui de Jean. J’étais de plus en plus excitée, je me sentais humide sous ma jupe, j'avais besoin que l'on me touche, j'avais besoin d'être soulagée. 
C’était la première fois que j'avais 3 hommes pour moi, j'étais en train de réaliser plusieurs de mes fantasmes. 
Après quelques allers-retours pour une pénétration de ce sexe jusqu'au plus profond de ma gorge, j'ai senti couler une fin liquide chaude dans ma bouche avant de recevoir une série de jets de sperme que j'ai avalé. J’ai terminé lentement cette succion avant de le retirer tout propre de ma bouche.

-"Allez, tu en as terminé avec lui. Maintenant prends le dernier, mais surtout celui-là tu ne le fais pas jouir!"

Je m'installe devant le dernier sexe droit lui aussi. Et là j'en suis sure, c'est Jean qui se retrouve cette fois dans ma bouche. Pourquoi Josy me demande de ne pas le mener à l'extase ? 
J'entame une série de vas et vient en pressant ma langue sur son frein à chaque passage, je sais qu'il adore, mais rapidement Josy tend la laisse pour m'écarter et me dit :

-"Stop, redresse toi, maintenant je vais t'installer sur la croix"

Elle me dirige vers la croix en bois, m'attache les poignets en hauteur à chaque extrémités, elle en fait de même avec mes chevilles. Elle retire la laisse de mon coup, je me retrouve debout les membres liés, jambes et bras écartés attachée sur cette croix. Elle sort de la pièce un instant et j'aperçois les 3 sexes s'échapper de leur tour.
Elle surgit à nouveau dans la pièce avec Jean, Marc et ce bel inconnu, tous les trois entièrement nus. 
Josy a pris la main de Jean pour se diriger avec lui vers le lit qui se trouvait face à moi. Ils se sont assis tous les deux cote à cote.

-"Messieurs, elle est à vous, faite la jouir!" annonce Josy d'un ton ferme en s'adressant à Marc et Éric notre bel inconnu.


Ils se sont immédiatement approchés de moi, ils m'ont caressé par-dessus mes habits, pour ensuite passer en même temps leurs mains entre mes cuisses sous ma jupe. Je n'en pouvais plus, il fallait vraiment que je ressente un contact sur mon sexe pour être un minimum soulagée, leurs doigts sur mes lèvres intimes étaient les bienvenus. 
Marc a repris ses caresses sur mes seins et a laissé la place libre pour Éric qui lui continuait une caresse plus ferme autour de mon clitoris. J'ai senti un doigt me pénétré, puis deux. Il était attentif à frotter mon petit bouton à chaque caresse. 
J'étais prête à jouir, je luttais pour ne pas m'abandonner et pouvoir faire durer ce plaisir un peu plus longtemps. 
En un seul mouvement, Marc a relevé mon haut et mon soutien-gorge pour les enrouler au-dessus de ma poitrine dégageant ainsi mes seins à l'air libre. Éric, a cessé ses caresses pour baisser entièrement la fermeture éclair de ma jupe afin de la retirer. J'étais là, toujours dans l'impossibilité de bouger mes membres attachés à cette croix de bois. 
Je me suis concentré un instant sur ce qu'il était en train de se passer sur le lit face à moi. Jean et Josy qui s'était déshabillée profitaient du plaisir d'un 69, ils semblaient nous avoir oubliés. 
J'ai quitté cette scène érotique des yeux lorsque Éric s'est mis à genoux devant moi pour entamer un cunnilingus tant désiré. Il tirait sur mes lèvres avec ses doigts pour dégager au mieux mon clitoris de façon à faire pivoter sa langue autour sans aucun obstacle. 
De son côté, Marc me pinçais les tétons, il tirait dessus, il les mordait sévèrement. Je me suis surprise à lâcher un petit "Aie", je ne savais pas si j'avais réellement mal ou si j'étais seulement surprise par cet acte auquel je ne m'attendais pas. 
Je me sentais partir vers l'extase et n'ai pu retenir ma jouissance lorsque Éric m'a pénétré de ses doigts tout en maintenant ses rotations de langue sur mon sexe. 
Josy s'est installée sur le siège modèle gynéco, Jean s'est positionné entre ses cuisses pour la pénétrer tout en lui malaxant les seins. Mes deux compagnons m'ont libéré de mes liens et m'ont accompagné sur le lit laissé libre. 
Éric s'est allongé sur le dos et m'a attiré sur lui. J' ai senti son sexe dur me pénétrer jusqu'à la butée. 
Marc en a profité pour s'installer derrière moi, il a d'abord passé sa langue humide entre mes fesses, pour l'appuyer ensuite sur ma petite rondelle serrée. 
J'ai immédiatement compris ce qui m'attendait. 
Il a ensuite placé son gland au bord de mon anus, il a tenté une première pénétration mais je n'étais suffisamment préparée pour pouvoir accueillir cet énorme sexe derrière. L'ayant compris, il a de nouveau passé sa langue humide sur mon petit trou, pour ensuite laisser la place à un, puis deux doigts qui sont venus me pénétrer. 
J'étais fin prête à le recevoir. Ce n'est pas sans douleur que j'ai reçu son sexe entier au fond de mon anus, mais le plaisir a immédiatement pris le dessus lorsqu'ils se sont mis tous les deux en mouvement dans mes orifices. Même libérée de mes liens je ne pouvais bouger librement, j'étais prise en sandwich et ils étaient déterminés à dominer l'action. 
Une chaleur intense m'envahissait le bas ventre, j'étais comblée et très excité par cette situation. Leurs vas et vient ont duré une dizaine de minutes et c'est Éric qui a libéré le premier son liquide chaud au fond de ma chatte, suivi de très près par Marc qui s'est entièrement vidé dans mon anus. 

C'était la première fois que je prenais du plaisir de la sorte avec deux hommes ou aucun des deux n’était Jean. 
Nous avons multiplié les actes sexuels tout au long de la nuit, tous meilleurs les uns que les autres, puis nous sommes rentrés au petit matin, complètement épuisés et heureux.

Bibi12480.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article